AccueilEconomieDame de carreaux : une femme dans un univers professionnel d’hommes
ARTISAN

Dame de carreaux : une femme dans un univers professionnel d’hommes

Johanna Barone est carreleuse mosaïste. Après 12 années passées dans une entreprise, elle vient de se lancer dans l’aventure de l’entrepreneuriat, avec un atout de taille.
Johanna Barone pose chez des particuliers, à l’intérieur ou à l’extérieur, du carrelage et/ou de la mosaïque.
D. R. - Johanna Barone pose chez des particuliers, à l’intérieur ou à l’extérieur, du carrelage et/ou de la mosaïque.

Economie Publié le ,

Cette artisane a su très tôt le métier qu’elle voulait exercer. Son parcours en témoigne : après un CAP puis un brevet professionnel, Johanna Barone intègre, tant bien que mal dansce milieu d’hommes, une entreprise pour se consacrer à sa vocation, le carrelage et la mosaïque.


Carreleur et mosaïste, elle pratique pendant 12 ans cette activité professionnelle en tant que salariée avant de décider, l’année dernière, de prendre son envol et de créer sa structure, à Marseille.

Marseille en grand

Pour bien faire les choses, elle se fait accompagner par le programme « Marseille en grand » de la Chambre de métiers et de l’artisanat de région Provence-Alpes-Côte d’Azur (CMAR Paca), qui propose plusieurs stages pour aider les artisans à réussir leur installation.

« J’ai fait plusieurs ateliers dont un sur le choix du statut juridique de ma société. Il y avait également des entrevues avec des conseillers pour exposer notre projet et le tester auprès d’eux. C’était très enrichissant et stimulant », raconte l’artisane.

La suite est logique : elle lance sa société, en septembre 2022, qu’elle baptise Dame de carreaux. « L’activité est là, essentiellement grâce à mon réseau et le bouche-à-oreille », se félicite Johanna Barone. Ses clients sont des particuliers. Elle pose chez eux, à l’intérieur ou à l’extérieur, du carrelage et/ou de la mosaïque. « Généralement, ils savent ce qu’ils veulent mais, s’ils ont besoin, je peux les conseiller ou surtout les orienter vers mes fournisseurs », explique l’artisane.

L’avantage d’être une femme

Elle équipe ainsi les cuisines, les abords des piscines, le sol…

« Il y a beaucoup de demandes, car les particuliers recherchent le carrelage. D’autant plus qu’il y a beaucoup de choix et qu’il y a de belles imitations de carreaux de ciment, par exemple, mais aussi de parquet », explique Johanna Barone.

Mais la concurrence sur ce marché est rude, « pour être plus précis, il y a beaucoup de personnes qui se disent carreleurs et/ou mosaïstes mais qui touchent un peu à tout ».


Pour se différencier, elle met en avant le fait qu’elle est une femme. « Les clients se disent que le chantier va donc être plus propre, plus minutieux, notamment du côté des finitions. » A chacun ses atouts !

Retrouvez chaque semaine nos portraits d'artisans de la région, réalisés en partenariat avec la Chambre de métiers et de l'artisanat de région Provence-Alpes-Côte d'Azur.
Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 07 avril 2023

Journal du07 avril 2023

Journal du 31 mars 2023

Journal du31 mars 2023

Journal du 24 mars 2023

Journal du24 mars 2023

Journal du 17 mars 2023

Journal du17 mars 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?