AccueilEconomie"Marseille en grand" sous le regard de l’Institut Montaigne

"Marseille en grand" sous le regard de l’Institut Montaigne

L’Institut Montaigne publie à l’occasion de la visite d’Emmanuel Macron un bilan d’étape du plan "Marseille en grand" et analyse les annonces et les réalisations.
L'Institut Montaigne et Stan publie un bilan d'étape au rapport Marse
D. R. - L'Institut Montaigne et Stan publie un bilan d'étape au rapport Marse

Economie Publié le ,

Où en est le plan « Marseille en grand » ? Pour le savoir l’Institut Montaigne profite de la lumière générée par la visite d’Emmanuel Macron à Marseille pour publier un premier bilan des actions initiées sur le territoire Aix-Marseille-Provence. Ce travail d’analyse et de suivi avait été initié en novembre 2020, soit un an avant les annonces d'Emmanuel Macron pour Marseille, par le cabinet Stan avec l’Institut Montaigne.

Ces derniers publiaient à l'époque l’étude Construire la métropole Aix-Marseille-Provence de 2030.Le travail avait été collaboratif et mené en partenariat avec le Club Top20, la CCIAMP et l’UPE 13. Il avait pris en compte les contributions d’une centaine de dirigeants d‘entreprises et de personnalités issues des mondes économique, culturel, associatif, académique.

A la suite des annonces d'Emmanuel Macron, l’Institut Montaigne « a suivi la mise en œuvre des actions proposées et la capacité de faire évoluer les pratiques dans la durée » explique le cabinet Stan.

Un outil pour les acteurs économiques

Selon Stan et l’Institut Montaigne ce rapport, et ensuite les annonces du Président de la République, ont « contribué à une prise de conscience sur le fait qu’il était indispensable et urgent d’agir en faveur du territoire Aix-Marseille Provence ». Ce document avait également été réalisé dans une optique de « lobbying ». Alors que la métropole affichait et affiche toujours du retard sur un certain nombre de sujets structurants (transport, logement…) pour son développement économique, les acteurs prévis entendaient faire passer quelques messages aux décideurs publics, c’est-à-dire élus et institutions gouvernementales. En effet, ce rapport Marseille-Provence 2030 formulait également des propositions. A cette époque, un certain nombre d'organisations patronales ou représentatives du monde économiques affichaient une volonté de co-construire la métropole.

« Beaucoup de choses ont été écrites sur cette métropole, reconnaîssait à l'époque Philippe Korcia, le président de l'UPE 13. Mais entre temps, on a eu la crise de la Covid-19. On ne peut plus faire autrement que de jouer collectif. Cette métropole a des atouts à renforcer et on ne doit plus prendre de retard si on veut continuer à exister dans la compétition internationale. »

Les défis de la métropole Aix-Marseille Provence

Que trouve-t-on dans ce rapport ? « Le territoire Aix-Marseille-Provence, par sa dimension, son poids démographique et son positionnement géographique stratégique ouvert sur la Méditerranée, bénéficie d’un potentiel considérable » souligne tout d’abord l’Institut Montaigne. Mais « ce territoire concentre des difficultés endogènes qui brident ce potentiel » ajoute ce dernier. Et l’Institut Montaigne de faire la liste des défis : croissance économique, transitions écologique et énergétique, cohésion sociale ». Bien entendu, « la ville de Marseille concentre en son sein les principales difficultés auxquelles doit faire face la Métropole Aix-Marseille-Provence ».

L’Institut Montaigne rappelle que lors de son allocution au palais du Pharo le 2 septembre 2021, le président de la République avait rappelé l’urgence sécuritaire, sociale, économique et sanitaire ainsi que « le devoir de la Nation d’être aux côtés des Marseillaises et des Marseillais ».

Des engagements des acteurs locaux

Selon l’Institut Montaigne, « les défis identifiés dans notre rapport Construire la métropole Aix-Marseille-Provence de 2030, comme l’école, les transports, la rénovation des centres urbains ou encore les enjeux de gouvernance locale ont fait l’objet d’engagements importants ». « Force est de constater que les pouvoirs publics locaux et nationaux ont pris conscience que la métropole Aix-Marseille-Provence se situait à un moment décisif de son histoire et qu’une véritable dynamique s’est engagée sur le territoire ».

Y-at-il eu des actions ? L’Institut Montaigne en site une importante : « sur l’aspect éducatif, une action ambitieuse de rénovation du bâti scolaire est en cours. La société publique des écoles de Marseille, nouvellement créée, pilotera la rénovation de 470 établissements marseillais, dont 174 ont été identifiés comme prioritaires ».

Mobilité, urbanisme, où en est-on ?

En matière de mobilités, « la constitution du Groupement d’intérêt public Aix-Marseille-Provence Mobilités, présidé par la présidente de la Métropole Aix-Marseille-Provence, permet d’accélérer la réalisation concrète de différents projets considérés comme prioritaires et identifiés par la métropole dans le cadre de son plan de déplacements urbains » souligne l’Institut Montaigne. Ce dernier rappelle qu’un protocole de financement de 3,5 milliards d’euros pour la Ligne nouvelle Provence Côte d'Azur a été signé.

En matière de rénovation urbaine, « une société publique locale d’aménagement d’intérêt national (SPLA-IN) dédiée a été créée, dans laquelle la ville, la métropole et l’État sont associés. La SPLA-IN a particulièrement vocation à prendre en charge la rénovation du centre-ville de Marseille » souligne ce rapport. Sur le délicat sujet du logement, l’Institut Montaigne souligne que la commune de Marseille affiche « une volonté de rééquilibrage entre les arrondissements, dans le cadre du futur programme local de l’habitat ». « La loi du 21 février 2022 donne à la Métropole davantage de latitude pour porter une vision stratégique et de long terme en termes de mixité sociale sur son territoire » rappelle l’Institut Montaigne.

Le sujet de la transition écologique a aussi été abordé. « De nombreuses actions ont été engagées énumère le rapport. Notamment la deuxième phase du projet Connexion Électrique des Navires À Quai. Il y est aussi question de la filière hydrogène. « Le conseil régional a voté un « Plan hydrogène » et la Métropole a présenté sa stratégie pour devenir, d’ici à dix ans, un hub méditerranéen de production et de distribution de l’hydrogène.

Sur l’aspect institutionnel, « dans le cadre de la loi du 21 février 2022, les six conseils de territoire ont été supprimés et plusieurs compétences identifiées comme d’intérêt communal ont été restituées aux communes ». « Outre la question des compétences, la loi 3DS prévoit qu’il appartient à la Métropole et à ses communes membres de réviser les attributions de compensation » rapporte l’Institut Montaigne. « Toutefois, il demeure difficile de modifier le montant de ces attributions de compensation car chaque commune doit donner son accord pour toute évolution. Par ailleurs, une remise à plat pourrait engendrer des déséquilibres budgétaires importants pour les communes, comme les conclusions des échanges organisés par la Métropole ont pu le souligner » analyse ce rapport. Le rapport préconisait une simplification administrative avec la fusion de la métropole et du département. Un temp évoqué par certains élus, ce sujet n’est plus d’actualité. Ni au sein des élus locaux, ni au plus haut niveau. Emmanuel Macron n’ayant pas prévu, officiellement d’évoquer ce dossier administratif, politique et polémique.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 07 avril 2023

Journal du07 avril 2023

Journal du 31 mars 2023

Journal du31 mars 2023

Journal du 24 mars 2023

Journal du24 mars 2023

Journal du 17 mars 2023

Journal du17 mars 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?